Doctor Strange, le fast-food dans toute sa splendeur

0

J’aime bien Benedict Cumberbatch pour une raison aussi simple que con : je trouve qu’il a un nom original, rigolo et pourtant pas dénué de classe. Rien que pour ça j’étais chaud pour un Marvel. Les envies ne tiennent vraiment pas à grand-chose. Aller hop : 12h, c’est parti pour DOCTOR STRANGE.

2 heures plus tard, et indépendamment de mon envie de changer de nom au profit d’un Marty Cumberbatch des plus élégants, je dois me rendre à l’évidence : j’ai passé deux heures pas dégueulasses. 

Doctor Strange tel qu’il aurait pu être

C’était à la hauteur du gros McDo post-cuite : j’irais jamais crier que c’était délicieux parce que je sais qu’au fond c’est pas très bon et qu’à haute dose ça peut être salement nocif, mais n’empêche que ça fait le taf et c’est pas dénué d’un petit plaisir coupable qui rend le moment encore meilleur.

La séance de midi, à 1/3 pleine, a l’avantage d’être pauvre en fanatiques de Marvel et constater que les références à la pop-culture (qui doivent être dans le cahier des charges de chaque film de la franchise) ne font rire personne me rend presque tolérant. J’ai encore le souvenir effrayant d’une salle qui applaudit The Avengers et croyez-moi c’est un moment que je ne souhaite à personne.

Benedict Cou-mberbatch

Comme 3 potatoes dans les frites, Doctor Strange est même un peu surprenant puisque pour une fois, le sujet abandonne les armures mécha et les la surpuissance physique au profit d’une tartine de magie et un soupçon de quête mystique qui permettent des effets spéciaux assez barrés et surtout très immersifs (dont une scène de voyage intérieure bien psychédélique comme je les aime).

Je vous passe l’histoire qui fleure bon le n’importe quoi mais bon je ne juge pas sur ce critère, j’estime que c’est pas le plus important quand on s’affale devant un Marvel.

Sauf que si ces petits ingrédients rendent l’ensemble pas dégueulasse, c’est pas non plus réellement très bon: là encore au niveau des défauts, je retrouve les mêmes soucis que dans les McDo et c’est bien dommage.

Ça ne cale pas : Doctor Strange est une introduction à une histoire qui fera sans doute 3 films minimum + 5 apparitions dans d’autres Marvel. Tu crois signer pour 2heures d’histoire mais si tu veux tout savoir sur le Doctor il faudra se peigner 10h de films (soit 50 balles pour ceux qui paient encore le ciné). En termes d’engagement c’est aussi pute que France Loisirs et les Éditions Atlas. Juste pour rappel, ce film est le 14è du Marvel Cinematic Universe (ça veut dire « matraquage » dans la langue de Donald Trump) dont ils projetent de continuer jusqu’en 2028. Rien que ça.

Benedict Cucumber-batch

C’est toujours le même recette, partout, tout le temps. C’est le propre du divertissement globalisé qui doit satisfaire le plus grand nombre. Donc à deux/trois épices près, on bouffe et on bouffera toujours la même chose chez Marvel. Ça flingue tout suspense, toute émotion et pire, toute empathie envers ce que j’ai maté. Surtout que si le duo Cumberbatch et Tilda « Krilin »Swinton est intéressant, Mads Mikkelsen en ninja et pire, Rachel MacAdams en plot de chantier inutile, c’est vraiment du gâchis qui sert juste à embellir le poster.

Je suis sorti de la salle bien nourri mais finalement un peu déçu par la différence entre le potentiel et le résultat. Je me jure donc de ne plus jamais y retourner mais je sais très bien que c’est peine perdue.

Doctor Strange tel qu’il est réellement

5 MOUAIS

C'est ni à chier ni bien, c'est du cinéma bien ficelé pour être consommé sans prise de tête. Ça passe plutôt vite et ça s'oublie dans les mêmes délais. Ça aurait pu être pire (ou mieux en fonction de votre degré d'optimisme)

  • User Ratings (1 Votes) 7.7
Share.

About Author

Ne parle jamais de lui à la troisième personne mais se sent obligé de le faire dans une description. Armé d'une carte UGC, d'une PS4, d'une PSVita, d'un sens de l'humour douteux, tout comme ses goûts. Aime bien ne pas être d'accord, juste pour faire chier

Comments are closed.