Silent Alarm by Bloc Party (2005)

0

Phyldar : Cet album est parfait, je ne sais pas trop quoi rajouter. il s’écoute de bout en bout sans hic, il s’inscrit parfaitement dans son époque et se réécoute avec plaisir. je n’ai que des bons souvenirs qui me viennent à l’esprit quand j’y pense…. non sérieusement. Je ne sais pas si tu as un truc à rajouter Marty ?

Marty : l’album a 12 ans mais pourrait facilement en paraître 10 de moins. Un des tous meilleurs albums de 2005 et putain qu’elle était riche cette foutue année. Je peux même me rappeler de la première fois que j’ai écouté Banquet, entre un retrait de 20€ à la Caisse d’Epargne et l’achat d’une baguette pas trop cuite. Un album pour tous, du rock vénère (pour les aficionados de la scène UK hein, calmos les metalos), un Modern Love beau à tomber, et une fin d’album pour les timides et les intimistes, avec ce Compliments de 13 minutes qui, sans le savoir à l’époque, allait être un pont merveilleux vers le post-rock dans lequel je plongerais les années suivantes. J’ai l’esprit de contradiction en berne tellement je suis d’accord.

Par contre je suis tombé il y a quelques semaines sur un concert de Bloc Party, récent et très court, sur Arte. Nouveaux musiciens, nouveaux morceaux qui laissent de marbre. Il a fallu attendre les rappels de 2 vieux tubes pour avoir un semblant d’émotion. C’était vraiment triste à voir.

Phyldar : J’ai un très bon souvenir d’un Rock en seine où ils n’avaient fait que du vieux et donc du cool, mais aussi d’un Printemps de Bourges complètement à côté : eux semblaient camé à mort et la sono était ignoble … En généralisant, je me suis toujours demandé comment les mecs survivaient à une fulgurance artistique. Un jour t’es la star montante tout le monde te kiff, t’es booké dans tous les sens…. et la chute… le second album bon mais sans surprise et la dégringolade sur les suivants. Ça doit être un bon roller-coaster émotionnel !

Marty : Après tout dépend de la raison de la dégringolade. Si encore le public avait complètement tourné le dos ça aurait pu être hard à gérer. Sauf que pour Bloc Party c’est le groupe qui se prenait la tête, et un chanteur dont les interviews laissait paraître un melon situé entre Xavier Dolan et Kanye West. Mais plus que les guéguerres internes, Bloc Party a fait l’erreur de ne jamais splitter. Si ça avait été le cas, ils se seraient réformés en 2015 façon Libertines et auraient fait le bonheur des trentenaires que nous sommes… A s’embourber, Intimacy n’a pas eu le succès qu’il méritait. Je ne parlerais par contre par de Four (qui porte tellement bien son nom) ni du dernier dont je n’ai pas retenu le nom tellement c’était chiant.

Phyldar: haha très bon… échec et mat!

10.0 Imparable

On critique cet album avec espièglerie et ténacité !
nos remarques vont vous surprendre

  • User Ratings (0 Votes) 0
Share.

About Author

Comments are closed.